• 1. Qui sommes nous ?
    • Découvrez-nous ....
    • Qui sommes nous ?

      L’Atelier de Musicothérapie de Toulouse (A.M.T), organisme se destinant à la formation, à la recherche et au développement de la musicothérapie est issu de l’A.M.Bx (Atelier de Musicothérapie de Bordeaux), qui a développé depuis de longues années une pratique spécifique se référant aussi bien au travail de Grotowski et du théâtre laboratoire de Wroclaw qu’aux écrits du Dr Guy Rosolato, psychanalyste.

      C’est dire à quel point le travail sur la voix et les liens avec le langage sont privilégiés et que l’approche théorique s’est développée autour de l'articulation du verbal et du non-verbal. Les bases théoriques de la musicothérapie ainsi posées ont été sans cesse enrichies par les divers professionnels travaillant avec l'A.M.Bx et par les recherches des stagiaires.
      Depuis près de trente ans l’A.M.Bx propose une formation à la musicothérapie, conduit des travaux de recherche.

      L’Atelier de Musicothérapie de Toulouse s’inscrit dans ce courant et développe ses propres activités en associant de nouveaux chercheurs et de nouveaux praticiens.
      Une formation sur « la voix en musicothérapie » est proposée aux professionnels désireux de se perfectionner dans le domaine de la musicothérapie et de ses apports dans le domaine du soin, de la relation et de la communication.


      Nous sommes également en lien étroit avec l’Atelier de Musicothérapie de Bourgogne créé par Patrick Berthelon en 2007.

  • 2. Notre approche de la musicothérapie
    • En quelques mots ....
    • Notre approche de la musicothérapie

      La musicothérapie trouve ses racines dans le monde sonore qui constitue notre environnement : les bruits, les voix, les sons, le silence, le souffle, le mouvement.

      En musicothérapie, il y a mise en acte et recherche en direction de l’histoire du sujet, tant il est vrai que tous les éléments constitutifs de la musique ont un rapport avec cette histoire.
      Il s’agit d’ouvrir des canaux de communication, ceux-ci étant essentiellement les propres canaux du sujet qu’il convient de révéler et d’utiliser pour faciliter l’ouverture à l’autre.

      Susceptible d’appréhender une situation et de manier les outils dont il dispose, il reste au musicothérapeute à mettre en œuvre son action thérapeutique, c'est-à-dire d’aide.
      Il est important de souligner ici que le travail en musicothérapie ne pourra se faire qu’en liaison avec d’autres disciplines et qu’il doit impérativement y avoir indication et évaluation, cette dernière ne saurait être un simple descriptif.

      La formation proposée s’attache à faire découvrir tout l’intérêt de cette discipline mais, en même temps, à montrer l’étroitesse de son domaine d’intervention. En revanche et bien qu’on puisse parler de musicothérapie stricto sensu, les applications qui peuvent en découler (gériatrie, psychiatrie, handicap, monde pédagogique, rééducation) sont nombreuses.

      Notre formation est proposée dans le cadre de la formation continue, ils s’adressent donc à des professionnels qui désirent trouver une voie pour enrichir leur potentiel de travail.
      Nous avons choisi, comme l’A.M.Bx et l’A.M.B, de conserver l’orientation d’ « atelier » et de privilégier la mise en pratique.
  • 3. Nos principes de base
    • Ne pas nous substituer à des structures existantes
    • Ne pas nous substituer à des structures existantes

      Il n’était pas question de faire des cours de psychologie, des cours de linguistique, des cours de musique, etc. Un tel patchwork ne peut pas être considéré comme de la musicothérapie !

      La première spécificité de l’A.M.T est celle d’être un atelier. Nous avons choisi en effet de ne pas nous inscrire dans le contexte « école, institut, centre… » Mais bien dans un registre dont les mots clés sont ouvrier (à chercher dans opéra) et artisan (à relier à ars) avec en toile de fond le terme artiste.
    • Travailler dans le cadre de la formation continue
    • Travailler dans le cadre de la formation continue

      Le terme de formation continue implique que quelque chose continue ! Les personnes qui s’inscrivent à l’Atelier sont tous des professionnels qui désirent trouver une voie pour poursuivre leur(s) recherche(s).

      Pendant 25 ans, l’A.M.Bx crée par Gérard Ducourneau et Colette Maïsterrena a proposé une formation à la musicothérapie, elle était classique dans sa forme, 12 sessions articulées, reconnue et appréciée par tous.

      L’A.M.T a décidé de se consacrer à des ateliers thématiques pouvant apporter immédiatement une information, une ouverture, un approfondissement…
      L’A.M.T pour sa part propose une formation en musicothérapie orientée sur la voix : « la voix en musicothérapie »

      Il est largement tenu compte des antécédents théoriques et pratiques du stagiaire, ce qui nous semble cohérent avec, précisément ce qu’on nomme formation continue.
    • Situer la musicothérapie dans le domaine relationnel
    • Situer la musicothérapie dans le domaine relationnel

      Autrement dit placer la musicothérapie dans le domaine relationnel et non dans le domaine médical. Si l’on fait référence au « De vita contemplativa » de Philon d’Alexandrie, les thérapeutes œuvraient pour guérir les maladies réfractaires à la médecine du corps

      Nous avons bien deux domaines, l’un traitant directement des soins du corps dans lequel nous trouvons la médecine, la kinésithérapie, les soins infirmiers, par exemple, et l’autre se référant au domaine psychique dont le modèle est la psychanalyse, définie par Freud (Psychanalyse et médecine) comme étant la « psychologie des profondeurs, doctrine de l’inconscient psychique ».

      Lorsqu’on reprend musico-thérapie, il est question de musique, donc des Muses, ces neuf filles de Zeus et de Mnémosyne, la mémoire (la voici donc présente dès l’origine !).
      Il n’est pas inutile de rappeler que ces muses étaient spécialisées, en histoire (Clio), astronomie (Uranie), tragédie (Melpomène), comédie (Thalie), poésie épique (Calliope), poésie lyrique (Erato), rhétorique (Polymnie), musique (Euterpe) et danse (Terpsichore).
      Un tel ensemble est on ne peut plus du domaine de la culture et c’est à ces divers niveaux que nous travaillerons en musicothérapie.
      Il ne faut pas oublier ce que souligne Edgard Morin, que le plus biologique est aussi ce qui est le plus imprégné de culture, le sexe, la mort.
    • Définir avec précision la musicothérapie
    • Définir avec précision la musicothérapie

      Nous insistons en fait sur ce qui peut légitimer cette discipline. C’est parce que tous les éléments constitutifs de la musique ont un rapport avec l’histoire d’un sujet que l’on peut avancer le terme musicothérapie. Centrée sur le concept d'ouverture des canaux de communication tel que nous le travaillons à l'A.M.T, c'est dans cette action que se situe la musicothérapie, c’est ce qui lui permet d’être originale et digne d’intérêt

    • S’appuyer sur le concept d’isolement
    • S’appuyer sur le concept d’isolement

      On peut avancer que l’enfant isolé est un enfant qui ne comprend pas bien pourquoi on l’a fait naître, il tente désespérément d’établir des communications aberrantes (à nos yeux) avec ses parents, avec ses semblables. Comme le précisait le Docteur Gérard Mouls, Président du Congrès de l’enfant isolé : « C’est l’enfant fou, l’enfant qui meurt faute d’un sourire, d’une caresse ou qui, s’il survit, vivra éternellement dans un monde d’où sera exclue toute signification, tout sens, sauf ceux produits par lui-même.»

      L’isolement, précise notre médiateur, c’est une mise à distance d’autrui, avec difficultés d’échange et de communication. Il peut révéler une faille importante de la personnalité ou une fragilité de l’organisation psychique.

      Nous rencontrons là le problème de l’histoire du sujet, que fait-il dans le monde ? Quel est le sens de sa vie ? D’où vient-il ? Où va-t-il ? Que devient-il ?

      C’est à partir de ce concept d’isolement que la musicothérapie trouvera son champ d’action. C’est même ce qui permettra d’utiliser les techniques de musicothérapie dans des domaines divers comme celui de la rééducation d’enfants en difficulté scolaire, l’action auprès des personnes âgées, auprès de futures mères (il ne s’agit pas de préparation à l’accouchement !), dans la maladie d’Alzheimer etc.
    • Adéquation entre la formation et la pratique, fournir des outils d’analyse
    • Adéquation entre la formation et la pratique, fournir des outils d’analyse

      Le cheminement de la formation est basé sur le principe qu'une nouvelle situation peut engendrer une nouvelle perception, pouvant mener à une nouvelle prise de conscience. Dans cette optique, les stagiaires en formation, sont confrontés à des expériences qu'ils seront amenés à rencontrer ou à proposer aux sujets traités en musicothérapie.

      Afin d'éviter le grand danger de l'interprétation, nous avons pensé à utiliser le quadrilatère de Rosolato qui permet de réaliser avec précision une analyse de la situation et débouche sur une possibilité de rendre compte du travail, d'en faire une évaluation et une nouvelle élaboration des séances à venir.

      Nous essayons de faire en sorte que nos stagiaires ne confondent pas un groupe à médiation musicale qui, bien entendu est digne d'intérêt, avec l'action musicothérapeutique; qu'ils soient très rigoureux dans la formulation de leur action et travaillent sur un projet écrit, soumis à la discussion de l'équipe institutionnelle.
A.M.T
Atelier de musicothérapie de Toulouse
Organisme de formation professionnelle continue
Association loi 1901 N° W313010995 - N° SIRET : 510 438 047 000 19
Tel : 05.34.56.45.87 / Portable : 06.28.55.82.11

Création de site internet par iCreative